Frein au libre- échange agricole

Communiqué de presse


L'Association suisse pour un secteur agroalimentaire fort salue la majorité des décisions du Conseil national concernant le dossier du libre-échange agricole. Bémol de taille, l'acceptation incompréhensible d'une motion visant à étudier la libéralisation complète du marché laitier.

Acceptation de l'initiative cantonale vaudoise
L'Association suisse pour un secteur agroalimentaire fort se réjouit de l'acceptation de l'initiative cantonale vaudoise demandant l'interruption immédiate des négociations avec l'Union européenne au sujet d'un accord de libre-échange dans le secteur agroalimentaire. Les parlementaires ont donné un signal clair: il convient de mettre en place une politique agricole sans ouverture supplémentaire des frontières.

Des décisions cohérentes
D'autre part, l'Association suisse pour un secteur agroalimentaire fort salue l'inscription de la notion de la souveraineté alimentaire dans la loi sur l'agriculture. Cette notion doit permettre la promotion d'une agriculture productrice de denrées alimentaires de haute qualité pour les habitants de ce pays. Les Conseillères et Conseillers nationaux ont emboité le pas avec des décisions cohérentes en refusant une motion de la commission de l'économie et des redevances sur le système d'importation de la viande. Cette motion visait à terme une ouverture sectorielle du marché de la viande, sur la base de la clause évolutive. Par 85 voix contre 77, la motion de la CER-CE «Libre- échange agricole. Ne pas rompre les négociations, mais viser une ouverture contrôlée du marché», a aussi été refusée par le Conseil national. Les envies des représentants du commerce de détail, promoteurs de la libéralisation des marchés, sont ainsi temporairement endiguées.

Une correction importante à entreprendre
Alors que les producteurs laitiers souffrent d'un prix du lait déplorable dû à un marché non- maîtrisé, le Conseil national a pris la décision incompréhensible d'étudier une ouverture complète du secteur laitier (motion «marché laitier» de la CER-CN). En août, une étude mandatée par l'ASSAF-Suisse, avait clairement démontré que le libre- échange fait perdre des parts de marché aux producteurs suisses, dans le secteur laitier. Ici une correction importante devra être entreprise par le Conseil des Etats afin d'écarter cette motion nuisible à l'avenir durable des producteurs laitiers.


Renseignements:
Walter Willener, Président ASSAF-Suisse, Lausanne, 079 689 31 06
David Rüetschi, Secrétaire général ASSAF-Suisse, Lausanne, 079 677 82 12

Vendredi 28 septembre 2012