Sécurité alimentaire et production indigène

Un dépliant pour faire le tour d’un sujet d’actualité

Qu’elle est la situation de l’approvisionnement en denrées alimentaires dans notre pays? Quelle est la part de la production suisse dans nos assiettes? Combien de surface cultivable chaque habitant dispose-t-il en moyenne? Comme il était temps – au vu de l’actualité -, de répondre à ces questions, l’Association suisse pour un secteur agroalimentaire fort (ASSAF) a décidé d’éditer un document tout public et de le réaliser en collaboration avec l’Agence d’information agricole romande (AGIR). Ainsi, le dépliant «Sécurité alimentaire et production indigène» propose, pour la première fois, un tour d’horizon complet du sujet, grâce au partenariat avec les nombreuses organisations concernées et, en particulier, l’Union suisse des paysans et son Département statistiques.

Actuellement, la Suisse importe près de la moitié de la nourriture consommée par ses habitants! Si notre climat ne permet pas de produire tous les aliments sur notre territoire, cela ne justifie pas entièrement l’importance de ce volume d’importation. En effet, la Suisse manque de terres agricoles! En cause: la géographie montagneuse de notre pays; les surfaces occupées par la forêt; et, enfin, la surface d’habitat et d’infrastructure bien supérieure à la moyenne mondiale. Ainsi, chaque habitant dispose d’une surface de terres assolées de cinq ares, soit à peine plus que le Japon mais six fois moins que la France!

Avec 53% de production indigène, la Suisse enregistre un des taux d’auto-approvisionnement (TAA) les plus bas du monde et, pour assurer l’alimentation de ses habitants, notre pays a besoin d’une surface à l’étranger quasiment équivalente à celle utilisée en Suisse: un million d’hectares! Ainsi, sur la table des habitants de notre pays, presque la moitié des aliments provient de l’étranger. Mais, évidemment, tout dépend de ce qu’il y a dans notre assiette… Quelques exemples de notre consommation (par an et par habitant): 46 kilos de pommes de terre (TAA 91.9%); 108 kilos de légumes (TAA 50.6%); 9,8 kilos de volaille (TAA 47.8%).

Pour assurer sa mission de fournir des denrées alimentaires indigènes de qualité, d’ailleurs inscrite dans la Constitution, l’agriculture suisse doit donc pouvoir maintenir sa capacité de production. Avec, pour objectif, un taux d’auto-approvisionnement aussi élevé que possible pour garantir aux consommateurs des produits de proximité.

De format C5, les 8 pages illustrées de graphiques et de tableaux permettront de se faire une idée de la situation actuelle dans notre pays en matière de sécurité alimentaire et de production indigène. Bref, un dépliant à mettre dans toutes les mains.

Informations:
Walter Willener – président ASSAF-Suisse - Tél. 021 6l4 04 77
David Ruetschi – Secrétaire ASSAF-Suisse - Tél. 079 677 82 12
¨

«Sécurité alimentaire et production indigène» à commander gratuitement sur: www.agirinfo.com
ou à l’adresse suivante: Agence AGIR – Jordils 3 – 1006 Lausanne
Tél. 021 613 11 31

Jeudi 30 janvier 2014